Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

Il s’agit du premier moyen d’épargne des Français. En 2020, les contrats d’assurance-vie totalisent près de 1 800 milliards d’euros. Le contrat d’épargne est signé par l’assuré et par l’assureur. Ainsi, vous allez confier de l’argent à votre assureur pour qu’il puisse le faire fructifier aussi longtemps que vous le souhaitez. L’objectif est de le transmettre à un bénéficiaire lorsque survient un événement lié à l’assuré (son décès ou sa survie). L’assurance-vie s’adapte à vos besoins au fil des années.

 

Les grands principes de l’assurance-vie 

Il ne faut pas confondre l’assurance en cas de vie et l’assurance en cas de décès. Il s’agit de deux types d’assurance-vie garantissant le versement d’un capital au bénéficiaire déclaré dans le contrat. 

Assurance en cas de vie

Dans le cas d’une assurance en cas de vie, le versement du capital et des intérêts se fera au terme du contrat. L’assuré peut être lui-même le bénéficiaire du contrat. Cette assurance est donc souvent utilisée comme placement.  

Assurance en cas de décès

A l’inverse, dans le cas d’une assurance en cas de décès, le versement du capital et des intérêts au bénéficiaire choisit (enfants, frères, sœurs, conjoint…) s’effectuera au décès de l’assuré. Cette assurance constitue donc une garantie pour les proches de l’assuré

L’assurance-vie est un outil de diversification passant par une répartition de votre épargne selon votre âge, vos objectifs, votre profil, la durée de votre placement. Il existe de nombreuses formules d’assurance-vie, à vous de choisir la solution qui vous correspondra le mieux et qui saura s’adapter en fonction de l’évolution de votre situation, de vos objectifs et de vos projets. Souscrire à un contrat d’assurance-vie va vous permettre de préparer votre retraite, d’anticiper un projet immobilier, de transmettre un patrimoine ou de vous constituer un capital.

De plus, l’assurance-vie bénéficie d’avantages fiscaux sur les plus-values et les successions. 

Le code des assurances régit les contrats d’assurance-vie, avec notamment les articles L131-1 et L132-1 et suivants.

En tant qu’assuré les risques auxquels vous allez recourir varient en fonction du support d’investissement que vous aurez choisi. 

 

Les supports d’investissement du contrat d’assurance-vie 

Il existe plusieurs supports d’investissement dans un contrat d’assurance-vie qui sont divisés en deux compartiments.

Les fonds en euros

L’épargne peut être investie dans un fond en euros, qui est garanti sans risque. En effet, il s’agit d’un support sécurisé puisqu’il contient une garantie en capital offerte par l’assureur. Sur ce type de fonds, il n’est donc pas possible que le souscripteur perde de l’argent. En revanche, ce support est de moins en moins utilisé car peu rémunérateur. Mais, il existe d’autres types de fonds en euros :

Les fonds en euros dynamiques : ils proposent les mêmes garanties sur le capital que les fonds en euros classiques, mais offrent aux investisseurs des rendements supérieurs

Les fonds en euros immobiliers : ils offrent les mêmes garanties sur le capital que les fonds en euros classiques, mais ils sont principalement investis dans l’immobilier.

Les fonds en euro-croissance : ils sont un compromis entre les fonds en euros et les unités de compte, proposant une gestion dynamique avec toutefois une garantie. L’objectif est alors d’offrir plus de rendement par rapport aux fonds en euros, tout en maintenant une garantie sur le capital.

 

Les unités de compte (UC)

Ce support d’investissement n’offre pas de garantie en capital. L’évolution du support en unités de compte (UC) est liée aux marchés financiers et immobiliers. Il est donc plus instable et risqué. Il existe de nombreux UC avec des niveaux de risques différents. En cas de baisse des marchés financiers, une unité de compte peut avoir un rendement négatif ce qui entraînera une perte du capital investi pour le souscripteur (moins-value).

L’investissement en unité de compte peut être réalisé dans diverses classes d’actifs, différents secteurs économiques et zones géographiques. Par exemple, dans l’immobilier, l’innovation, les marchés européens ou internationaux…

Les obligations et actions sont rassemblées au sein des Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM). Les OPCVM ont de nombreuses formes : monétaires, fonds alternatifs, obligataires, actions, fonds à formule…

 

Les 3 types de versements pour alimenter votre contrat d’assurance-vie :

Il existe 3 types de versements pour alimenter votre contrat d’assurance-vie :

  • Le versement initial : il s’agit de la somme que vous versez lors de l’ouverture de votre assurance-vie. Il peut-être unique, mais il est conseillé d’en faire d’autres afin de vous constituer un capital.
  • Les versements complémentaires libres : il s’agit de continuer à alimenter quand vous le souhaitez et quand vous en avez la capacité votre contrat d’assurance-vie
  • Les versements complémentaires programmés : il s’agit de planifier comme vous le souhaitez une périodicité pour vos versements (annuelle, mensuelle, semestrielle…)
     

Conseils : 

  • Pour diversifier au mieux votre épargne, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel (conseiller).
  • Assurez-vous d’avoir bien compris les objectifs des supports financiers dans lesquels vous avez investi.
  • Avant de souscrire à votre contrat, renseignez-vous sur les frais d’arbitrage, de versements, de gestion et de sortie de celui-ci.

 

Pour conclure, l’assurance vie est une épargne à long terme qui doit être diversifiée. Des versements réguliers vous assurerons de bénéficier d’une meilleure rentabilité potentielle et de réduire vos efforts d’épargne. 

Si vous aimeriez connaître les différents avantages et inconvénients de l’assurance-vie, nous vous conseillons de jeter un œil à notre article Assurance-vie : les avantages et les inconvénients